Un nouveau Z en librairie

N°11 Paris - Travail social - Automne 2017
z11-couv-petit

Cette année, nous avons largué l’amarre du côté de la porte de la Chapelle, à Paris, enquêté dans et autour du nouveau «centre humanitaire», destiné in fine à trier les milliers d’exilé.es débarqués dans la ville.
Ce centre est une pièce maîtresse de la gestion sociale des «migrants», devenus massivement l’un des publics cibles du travail social. En complément de ce dossier inédit, une sélection de textes issus du Z numéro 5, rapidement épuisé après sa parution, qui prenait déjà Paris comme terrain d’enquête et le travail social comme fil rouge.

Éloge du possible

Sur la résistance à l’aéroport du Grand Ouest
VinciDegage

Lorsque je conterai à mes petits-enfants, si j’en ai un jour, les quarante années de lutte contre l’aéroport prévu dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes à côté de Nantes, je crois que je commencerai par les cabanes.
Celles qui font exploser l’imaginaire. Celles qui rendent invincible et qui transforment la lutte en un jeu permanent. Hommage à celles et ceux qui luttent sur la ZAD : « Zone d’aménagement différé », rebaptisée « Zone à défendre ».

40 ans de lutte à Notre-Dame-des-Landes

Souvenances d’une vie en contribution à la lutte contre l’aéroport

C’est un enfant de la terre. Un paysan en lutte. Un camarade qui restait dormir dans les usines en grève. Un militant qui n’écoutait pas les grands discours en 68. Un homme consterné par la gauche au pouvoir en 81. Un « otage du nucléaire ». Un passionné qui fabrique encore du commun. Un monsieur de 77 ans qui habite avec sa femme dans sa ville de toujours. Il dit en somme que si un aéroport n’a aucune racine, la résistance a elle un héritage.

Retour social sur investissement

Quand les fondations d’entreprise refont le monde
RetourSocial01

Fondations Vinci pour la Cité, Agir pour l’emploi Engie, Carrefour, Sanofi Espoir… Depuis la loi sur le mécénat votée en 2003, les fondations d’entreprise se multiplient, accumulant les initiatives reluisantes. Mais que font-elles au juste ?

Riposte !

Marche de nuit et autodéfense contre les agressions sexistes
0_AutoDef02

En 2015 à Marseille, quelques mois après le viol d’une camarade, un groupe de proches décide d’organiser avec elle une marche de nuit de femmes et de personnes trans pour protester contre les différentes oppressions sexistes vécues au quotidien. Reportage-analyse à la rencontre de celles qui mettent en place des ripostes individuelles et collectives pour se dépêtrer des filets de la domination patriarcale.

Dans la Google du loup

Reportage au coeur de la Silicon Valley
Googloup04

Voyage sur le campus de la plus célèbre entreprise du monde, à l’intérieur des sous-bois du futur, à la rencontre de la supposée utopie où Google scénarise un monde et son langage.

L’utopie des technopoles radieuses

D’où vient-elle, où nous mène-t-elle ?
techno1

Le modèle technopolitain fondé sur la recherche-innovation s’est imposé à toutes les grandes villes. À l’origine conçues comme un moyen de dépasser les contradictions d’une économie fondée sur la consommation de masse et la destruction de la nature, ces «villes de la connaissance» en sont devenues le principal moteur. Comment passe-t-on du «small is beautiful» au nouveau gigantisme industriel ?

Zoner dans les camps ou rentrer au village ?

Le quotidien des sinistrés de Fukushima
Fukushima_3

Connaissez-vous le concept de « perte incertaine » ? Imaginez : vous apprenez qu’un proche est mort, mais on vous laisse croire qu’il pourrait revivre. Voilà ce que les sinistrés du nucléaire subissent, une « perte incertaine » de leur terre et de leurs vies passées. Ils savent la contamination radioactive irréversible et quasi-éternelle. Mais les autorités leur assurent que grâce aux travaux de « décontamination »1, prétendument achevés depuis un an, ils peuvent rentrer chez eux. Reportage.

« Ce n’était pas juste une histoire de voyous »

Témoignage des frères Khira
cropped-Last-Siou1.jpg

Les frères Hamana et Mohamed Khira avaient 19 et 20 ans en 1981. Trente ans plus tard, ils reviennent sur l’histoire de la ZUP des Minguettes, le quartier où ils ont grandi. Il racontent la solidarité de quartier, mais aussi le harcèlement policier qui ont marqué cette période d’effervescence.

Anatomie du chez-soi

De l’usage commun à la spéculation immobilière, analyse de la propriété foncière

La propriété telle que nous la connaissons aujourd’hui n’a pas toujours existé. La bête noire de la critique sociale du XIXe siècle – le « vol » dénoncé par le théoricien anarchiste Proudhon – n’en est qu’un type bien particulier : la propriété bourgeoise, ou purement marchande. Mais la notion de propriété foncière est composée de plusieurs strates, sédimentées par l’histoire, qu’il s’agit ici de déplier pour penser la garantie d’un « chez-soi » à l’heure où la majorité est dépossédée de tout, contrainte de se vendre pour habiter quelque part.

« Areva parat ja » « Areva, rentre chez toi ! »

En Inde, parmi les résistants à l’EPR
mur

À Jaitapur, sur la côte ouest de l’Inde, Areva doit livrer deux réacteurs EPR, six à terme. Alors que la vente officielle n’a toujours pas eu lieu, le chantier a déjà démarré. Sur les terres réquisitionnées par le gouvernement, un mur est en construction. Autour, les habitants résistent. « Areva, rentre chez toi ! », scandent-ils à chaque manifestation, déterminés à sauver leurs terres et le fruit de leur pêche. La région de Jaitapur a beau être située sur une zone à haut risque sismique, New Dehli et Areva s’obstinent. Reportage parmi « les opposants au progrès », ces nouveaux ennemis intérieurs.

Chronique de l’indélébile

La décontamination comme mensonge politique
dé-contamination

Pour mettre fin aux évacuations et s’épargner de lourdes indemnisations, l’État japonais a tout misé sur la « décontamination ». Treize milliards de dollars en poche, trois géants du BTP du pays sont chargés de rendre la région habitable le plus vite possible. Mais en matière de nucléaire, que signifie réellement « décontaminer » ?

La ruée vers l’ordre

Reportage sur le site d’un méga-projet aurifère en Chalcidique

La crise économique tombe à pic pour enfin concrétiser le projet ambitieux d’ouvrir une mine d’or à ciel ouvert dans le nord-est du pays. En laissant la concession à la société canadienne Eldorado Gold, la Grèce souhaite montrer aux investisseurs privés, d’ici ou d’ailleurs, qu’elle les accueille à bras ouverts. Sur place, face à la destruction de la montagne, la résistance s’organise dans de nombreux villages, avec parfois des sabotages d’envergure. Mais l’entreprise et les pouvoirs publics ne sont pas près de lâcher prise : répression, intimidations, chantage au travail et manipulation des affects, tous les coups sont permis.

La prise de Saint-Fons

Par les industriels de la chimie
StFons2

Texte : Celia Izoard1er dessin: Antoine Marchalot et Renaud Thomas 2e dessin Renaud Thomas
«Est-il logique qu’une population agricole soit sacrifiée au profit de quelques industriels réalisant de gros bénéfices, qui ont apporté le fléau destructeur de nos récoltes en venant implanter leurs usines dans nos campagnes ?» (Conseil municipal de Vénissieux, 22 avril 1887)

Pas de logement, pas de paix

Justice pour le Petit Bard, asso de quartier passée à l’offensive

L’équipe de Z a rencontré l’association Justice pour le Petit Bard lors du forum « Ceux qui marchent encore », organisé fin novembre 2013 à Vaulx-en-Velin, en banlieue lyonnaise, par plusieurs organisations historiques des quartiers populaires. En dix ans, ce groupe d’habitants du quartier du Petit Bard, à Montpellier, a réussi à instituer une véritable tradition de l’occupation pour lutter contre les abus des bailleurs sociaux et des aménageurs. Nous sommes allés retrouver Khalid El Hout, actuel président de l’association, Hamza Araab et Mohamed pour une visite et un entretien à domicile.

Ceci n’est pas une bavure

Crimes policiers et luttes contre le permis de tuer
Bavure2

En 2013, au moins onze personnes ont été tuées au cours d’une opération policière. Le constat est le même qu’en 1983 : dans la très grande majorité des cas, les victimes sont des héritiers de l’immigration. Ni dérapages fortuits ni bavures, ces meurtres sont l’aboutissement d’une violence quotidienne exercée au nom du maintien de l’ordre. Face à cet état de fait, certains s’organisent pour le faire reconnaître et enrayer la machine. État des lieux depuis les Minguettes et ses alentours.