Des pages de Z mystérieusement transformées en affiches politiques

Ou la rencontre fortuite du poète Benoît Waddy et du vidéaste Stéphane Trouille
pe_aff11

Un matin de novembre dernier, les Saint-Laurentai.ses ont découvert des façades recouvertes d’affichages contre l’enfer de l’industrie minière. Au marché, devant Pôle Emploi ou devant la Poste, les slogans « Non à l’orpillage », ou « Cyanure = Mort » étaient accompagnés des poèmes du militant anticolonialiste Benoît Waddy (lire le texte ci-dessous), illustrés par Eloïse Rey pour le numéro de Z consacré à la Guyane. Le vidéaste Stéphane Trouille, en reportage à ce moment-là pour documenter l’opposition à la mine Montagne d’Or, en a profité pour prendre quelques photos de ce collage sauvage.

La publication de ses clichés est l’occasion pour le collectif de la revue d’exprimer tout notre soutien à notre ami, qui a été condamné le 26 décembre à 18 mois de prison dont 1 an ferme, ainsi qu’à 3 ans d’interdiction de manifester. Comme il l’explique dans son communiqué, il a donné trois coups de pied à des personnes qui s’en prenaient à des manifestant.es, lors d’un rassemblement de gilets jaunes à Valence. Ces personnes se sont révélées être des policiers en civil. Tout comme les trois autres accusé.es, Tom, Dylan et Maria, Stéphane a écopé de peines démesurées qui traduisent une justice expéditive, au service d’un gouvernement répressif dépassé par l’ampleur historique du soulèvement. Stéphane Trouille a fait appel de la condamnation.

image festival valence
Un festival de soutien aux “Quatre de Valence” se déroulera les 11, 12 et 13 janvier à Saillans.

 

Orpillage

Bruit

Obscurité des profondeurs

Forêt

Ô notre Amazonie

Ô notre Guyane

Bruit des machines

Victimes de la folle ruée vers l’or

Tête en feu

Où l’or tourne nuit et jour

Corps boueux

Rage

Dans un air lourd

Bouillant de mercure

Empestant le gasoil

Une chaleur 973

Taux soixante-dix pour cent d’humidité

Un homme n’est pas grand-chose

Ici

Avides d’or

Creusons comme des fous

À coups de jets

Foreuse

Excavatrice

Fouille le ventre

De notre forêt

L’orpilleur

Les vices

Lessive

La vide, notre forêt

Comme une carcasse

Depuis déjà très, très longtemps

Trente ans peut-être

Jusqu’à quand ?

Notre forêt

Notre fleuve

Pleurent de toutes leurs larmes

Leurs âmes

Nos chamanes

Ne sont plus

Nos Gran man

No gaan gadou1

Sont partis

No padjzé2

Ont disparu

Nos esprits sont partis sous d’autres cieux

Ils creusent

Ils creusent

Encore et encore

De cavité en cavité

En trous béants

La destruction est programmée

Ô notre forêt

L’orpilleur a pris le dessus

Malédiction…

Où ?

Ma Guyane en peine.

 

Benoît Many Waddy Camby

1. « Grands dieux ».

2. Chamanes amérindiens.

pe_Aff

couvZ12

Z12, Guyane. Trésors et conquêtes

Lire l’édito
Numéro actuellement disponible en librairie et ici

15 euros / ISBN 9782748903812